Contrôle des matières nucléaires

Le contrôle des matières nucléaires vise à prévenir tout détournement de matière et tout acte de malveillance, essentiellement sur les matières fissibles mais aussi sur les matières fertiles ou nécessaires à l'élaboration d'armes nucléaires.



Catégories :

Sûreté nucléaire - Matériau nucléaire - Matériau

Page(s) en rapport avec ce sujet :

  • IRSN - Dossier - Finalité de la protection et du contrôle des matières nucléaires détenues dans les installations. (source : irsn)
  • Première loi dans le temps ayant trait à l'énergie nucléaire, la loi «relative à la protection et au contrôle des matières nucléaires», mais aussi ses deux... (source : energethique)

Le contrôle des matières nucléaires vise à prévenir tout détournement de matière et tout acte de malveillance, essentiellement sur les matières fissibles (uranium et plutonium) mais aussi sur les matières fertiles ou nécessaires à l'élaboration d'armes nucléaires (thorium, deutérium, tritium et lithium-6). [1] Il a pour but de vérifier que les matières ne sont pas détournées pour des usages militaires (prolifération nucléaire) ou de terrorisme (ou de malveillance).

Enjeux internationaux

Le contrôle des matières nucléaires (en anglais, Nuclear Material Control and Accountancy ou NMC&A) fait l'objet d'accords internationaux, et est en grande partie confié à des organismes de coopérations internationales (AIEA, EURATOM). Le stockage et le contrôle des matières nucléaires est avant tout une compétence nationale mais la Communauté internationale appuie les efforts nationaux en assurant, pour la totalité des matières nucléaires, la sûreté et la sécurité de leur stockage mais aussi la précision et l'efficacité du contrôle et de la comptabilité dont ils sont l'objet[2].

Le trafic illicite de matières nucléaires (selon la définition de l'article XX des statuts de l'Agence internationale de l'énergie atomique) créé un risque de prolifération à l'échelle mondiale et forme un danger pour la santé et la sécurité publiques. Il y a deux catégories de risques identifiés : la fabrication d'armes nucléaires (nécessitant de l'ordre de 25 kg d'uranium hautement enrichi ou/et 8 kg de plutonium) et la fabrication d'arme radiologique qui consiste à ajouter du plutonium, de l'uranium ou tout autre substance radioactive à de l'explosif ordinaire dans l'objectif de mieux disperser les produits ajoutés et créer ainsi une contamination radiologique étendue (efficace comme arme anti-ville avec de l'ordre de 500 grammes de plutonium) [3].

Le contrôle et la comptabilité des matières a pour but de prévenir ou de détecter le détournement de celles-ci.

Le contrôle comporte plusieurs facettes complémentaires formant un ensemble cohérent dont les responsabilités sont réparties entre l'exploitant, détenteur de matières nucléaires, et les pouvoirs publics :

Il sert à minimiser le risque de détournements frauduleux et apporte la preuve du respect des engagements internationaux sur la non prolifération (Traité de non prolifération) pris par les états membres.

Ne confondons pas les matières nucléaires avec les substances radioactives

Au plan international les statuts de l'AIEA, précisent que les matières nucléaires sont : le plutonium, l'uranium enrichi en uranium 235 ou 233, l'uranium 233 et le thorium.

En France, les matières nucléaires sont définies légalement. Ce sont les éléments susceptibles d'être utilisés, directement ou indirectement pour la fabrication d'une arme nucléaire à savoir : le plutonium, l'uranium et le thorium. Qui plus est , la France protège et contrôle des éléments qui peuvent entrer dans la composition d'une arme thermonucléaire ; le deutérium, le tritium, le lithium enrichi en lithium 6. On remarque que le lithium n'est pas un élément radioactf. Le Code de la défense, dans son article R1333, donne la liste des matières nucléaires protégées et contrôlées en France.

Les substances radioactives sont les éléments qui émettent des rayonnements et qui, à ce titre font l'objet de dispositions conçues pour assurer la protection de l'homme et de l'environnement contre les effets néfastes de ces rayonnements. On remarque le caractère scientifique de cette définition.


Obligations des exploitants

Les mesures de suivi et de comptabilité à prendre par l'exploitant d'un site nucléaire doivent lui permettre de connaître en permanence la localisation et l'emploi des matières nucléaires détenues et de déceler la nature et les quantités de matières peut-être manquantes.

L'exploitant d'un site nucléaire doit surtout mettre en place un dispositif de comptabilité et de contrôle des matières nucléaires qui sont stockées et utilisées dans l'installation nucléaire. [4] L'exploitant doit tenir une comptabilité des matières détenues, [5] avec enregistrement au jour le jour de toute variation affectant les stocks (livraisons, transformation nucléaire, irradiation... ). Ce dispositif doit permettre d'établir et de justifier les déclarations à l'autorité de contrôle : rapports de stocks et de bilan matières, rapports de variations de stock (qui comprennent les données relatives aux transformations de matières) et inventaire annuel des stocks physiques.

Les exploitants doivent en parallèle mettre en place des dispositions de suivi qui permettent de connaître de façon précise, en qualité et quantité, la localisation, l'usage, les mouvements et les transformations de matières nucléaires dans l'établissement ou l'installation concernée.

Ils doivent enfin prévoir des dispositions de protection physique qui imposent l'utilisation et l'entreposage des matières dans des zones protégées et surveillées. Ces zones excluent les sorties non autorisées de matières nucléaires.

Ces dispositions doivent être garanties par leur propre contrôle interne, et peuvent faire l'objet d'inspections externes.

Catégories comptables suivies

Les enregistrements comptables sont établis séparément pour chacune des catégories de matières nucléaires suivantes, un compte scindé, par catégorie, étant tenu pour les matières irradiées :

Contrôle étatique

En France, le code de la défense en L1333 organise la protection et le contrôle des matières nucléaires, et le Haut fonctionnaire de défense et de sécurité du ministère en charge de l'énergie (MEEDDM) est chargé de son application. L'Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire (IRSN) est l'appui technique du HFDS pour cette activité.

Au titre du code de la défense, l'IRSN :

C'est l'IRSN qui exécute les missions d'inspection étatiques française.

S'agissant des obligations internationales, le Comité Technique Euratom (CTE) assure le suivi de l'application des contrôles internationaux sur les matières nucléaires menés en France par la Commission européenne et par l'AIEA. Ces contrôles internationaux découlent essentiellement de la mise en œuvre du traité instituant la Communauté européenne de l'énergie atomique et de l'accord de Garanties France/Euratom/AIEA. Le CTE s'appuie sur l'IRSN pour l'accomplissement de ces missions y compris pour l'accompagnement des inspections internationales sur le territoire français.

Références et liens

  1. Article R1333-1 du code de la défense
  2. Bulletin UE 4-1996, Sommet du G7+1 relatif à la sûreté ainsi qu'à la sécurité nucléaires (3/5).
  3. Audition de Jacques Attali au sénat Belge.
  4. La comptabilité demandée aux producteurs de minerais est spécifique à leurs activités.
  5. Certaines catégories de matières doivent faire l'objet de rapports ou d'écritures scindés, surtout l'uranium appauvri, l'uranium enrichi, le plutonium et le thorium.

Liens externes

Recherche sur Amazon (livres) :



Principaux mots-clés de cette page : matières - nucléaires - contrôle - uranium - comptabilité - plutonium - euratom - sécurité - enrichi - défense - exploitant - armes - lithium - internationaux - dispositions - suivi - france - thorium - objet - internationales - aiea - catégories - protection - doivent - prolifération - 235 - éléments - stocks - rapports - irsn -

Ce texte est issu de l'encyclopédie Wikipedia. Vous pouvez consulter sa version originale dans cette encyclopédie à l'adresse http://fr.wikipedia.org/wiki/Contr%C3%B4le_des_mati%C3%A8res_nucl%C3%A9aires.
Voir la liste des contributeurs.
La version présentée ici à été extraite depuis cette source le 09/12/2010.
Ce texte est disponible sous les termes de la licence de documentation libre GNU (GFDL).
La liste des définitions proposées en tête de page est une sélection parmi les résultats obtenus à l'aide de la commande "define:" de Google.
Cette page fait partie du projet Wikibis.
Accueil Recherche Aller au contenuDébut page
ContactContact ImprimerImprimer liens d'évitement et raccourcis clavierAccessibilité
Aller au menu